L’esquisse comme première étape d’une oeuvre

dessin-esquisse-visages-manuelajoe

D’abord il y a le croquis (qui peut être pris sur le vif), puis  l’esquisse qui est un dessin simplifié, inachevé, une étude qui sert de base pour un projet plus abouti (tableau, oeuvre peinte, dessin plus grand). L’esquisse est un peu le brouillon de l’oeuvre et n’est pas destinée à être montrée. C’est bien dommage… Dans les expos, je suis toujours à la recherche de cartons à dessins à explorer qui nous font visiter ces coulisses des oeuvres.

Pourtant, on trouve dans cette étape, toute la richesse du premier jet, c’est la forme de dessin que je trouve la plus vraie, la plus authentique, la plus sincère aussi. Et comme dans tout ce qui est vivant, on trouve parfois dans son trait des aspérités, des irrégularités qui traduisent un rythme, un mouvement. Quand on les « gomme », les traits tendent à se figer, tout dépend aussi du style de l’artiste. Je trouve cette expression spontanée très vivante, à ce stade elle est directement reliée à la perception de l’artiste, et contient déjà toutes les promesses.
Il m’est arrivé d’être déçue par un tableau que j’avais peint, alors que l’esquisse dégageait une force et une promesse que le tableau n’ a pas su tenir, parce que trop travaillé. Il est important de savoir  s’arrêter à temps… Maintenant, de plus en plus, je m’applique à … »ne pas trop m’appliquer » et à rester spontanée.

Et si l’esquisse donne envie d’aller plus loin, d’explorer d’autres supports, d’autres formats, d’autres techniques,  je trouve que l’oeuvre est déjà dans l’esquisse.

Conseil pour ceux qui débutent : Pour acquérir plus de fluidité et de maîtrise dans le geste, qui faciliteront la transposition sur le papier de ce que vous voudrez représenter, l’entraînement est nécessaire, avec un carnet à esquisses que vous remplirez jour après jour, et puis surtout regardez… analysez, mémorisez… Et à force de persévérance, vous pourrez constater l’évolution au fil des pages de votre carnet.

 

Comment favoriser et entretenir l’inspiration pour peindre ?

Mais comment se manifeste l’inspiration, cette imprévisible ?

 

L’inspiration est un état de grâce; si précieuse pour l’artiste, lorsqu’elle se présente c’est comme si toutes les portes s’ouvraient…Etre inspiré c’est un peu comme être amoureux, le monde soudainement prend une autre couleur. Tout ce qui peinait à s’accomplir, s’épanouit alors comme par magie. C’est un état de grâce proche de la passion qui nous donne des ailes et la capacité de nous dépasser, de percevoir différemment et de ressentir plus fort. Notre créativité n’a plus de limite ou presque… Quand elle est là, tout va bien, mais quand elle vient à manquer, plus rien ne va, nous n’avons plus de moteur. L’inspiration va et vient au gré de nos sentiments, de nos émotions, et ne se programme pas. Elle est imprévisible, tout au plus pouvons nous l’entretenir et la favoriser en usant de quelques moyens propres à chacun. Et là pas de recettes toutes faites. Chacun en fonction de sa personnalité trouvera ce qui fonctionne pour lui.

Voici quelques moyens qui m’aident à me mettre en condition et à trouver mon inspiration :

 

1 La musique

Et oui, je n’ai encore rien découvert de plus inspirant que la musique. Ce moyen correspond à ma personnalité plutôt intuitive et émotive et m’aide à rentrer dans le processus de création. Si vous y êtes sensible, la musique peut induire un état émotionnel favorisant l’émergence d’images et  d’idées très stimulantes pour la créativité. En modifiant l’ambiance par le rythme qu’elle nous impose, elle nous emmène et bouscule notre imaginaire.

2 Se mettre en condition

Avec un rituel, toujours le même pendant un certain temps au moins, comme par exemple marcher pendant une demi-heure en méditant, méditer, danser sur un rythme fou, prendre son café dans un petit troquet sympa avec son carnet de croquis, partager ce café éventuellement avec une copine, son mentor, un ami, son chien, faire une demi-heure de sport, mettre un morceau de musique qui nous inspire…Aller vers son travail en accomplissant des actes familiers, qui nous font du bien et nous rassurent, cela peut aider également.

3 La pression de l’engagement

Lorsque je suis liée par un contrat ou une commande de tableau, les choses se mettent en place naturellement, malgré un sentiment d’inconfort  et d’une petite angoisse qui finalement se révèlent stimulants. L’inspiration dans ce cas est toujours présente, car tout mon être se tend vers mon objectif qui est de répondre à cette commande. Je me sens alors capable de soulever des montagnes, et me transforme littéralement. Le fait de travailler dans l’urgence  et sous pression accroît mes capacités et me donne une énergie folle.

4 « Se mettre chaque jour à l’ouvrage »

Peindre, peindre et re-peindre. L’inspiration vient en faisant…pas toujours mais ce n’est pas grave, l’essentiel étant de garder ce rythme quotidien et ne pas décrocher trop longtemps pour qu’il y ait une continuité.

5 Cultiver sa curiosité

Sortir, se changer les idées, rencontrer des gens, parler, échanger, se forcer s’il le faut, aller à des expos, des musées, au ciné, rester ouvert. Ne pas vivre en autarcie avec ses oeuvres, se renouveler. Cela enrichit aussi nos créations.

6 Expérimenter de nouvelles techniques

et ses projets sous formes d’esquisses libres, remplir des carnets à croquis, jusqu’au déclic. Accumuler des documentations, journaux, images, traces, objets inspirants.

7 Trouver sa muse ou son mentor

Et puis…Si rien de tout cela ne fonctionne il vous reste, pourquoi pas, cette alternative...celle de trouver une personne inspirante

 

Vous avez certainement des idées vous aussi, des trucs qui fonctionnent et vous aident à trouver l’inspiration pour ce que vous avez à accomplir, n’hésitez pas à les partager en laissant un commentaire, je suis preneuse de nouvelles idées.