Pourquoi mon retour à la peinture ?

Décidée à tout changer,  j’ai un jour rangé mes pinceaux, mes supports, ma peinture et tout mon matériel, et à chaque fois que je rencontrais quelqu’un, la question inévitable finissait par fuser : Pourquoi est ce que tu ne peins plus ?…

Pendant 5 ans… Je disais à tout vent que je n’avais plus d’inspiration. En fait, j’avais perdu mes repères…Grand changement, nouvelle vie, remise en question…J’ai cherché à m’adapter. Tout juste quelques croquis encore et quelques travaux sur commande par ci, par là..Et puis le côté sympa quand même, c’est que je me suis mise à cuisiner plus, à être plus présente, et même (moins sympa) à devenir testeuse de jobs nouveaux, alors qu’avant j’animais des ateliers artistiques, mais bon… puisque l’inspiration semblait me bouder, je n’allais pas rester à ne rien faire…J’ai même appris un nouveau métier que je vais continuer à approfondir : praticienne en massages japonais, mais j’y reviendrai. Pour gagner ma vie  ces dernières années, on m’a vue devenir successivement vendeuse, secrétaire, conseillère à domicile et même aide-soignante… J’ai mis toute mon énergie à  chercher à rentrer dans un moule et à y trouver ma place. Vous savez, c’est comme vouloir entrer à tout prix dans cette petite robe dans laquelle  vous vous sentirez toujours déguisée. Mais j’avais envie d’avoir des collègues, d’être salariée pour me consacrer au reste, enfants, quotidien, amis sans me poser de questions, sans avoir à mettre mon travail artistique en avant, avoir les même préoccupations que mon entourage.

En cherchant à m’harmoniser avec mon nouveau mode de vie et à force de vouloir répondre à certaines attentes qui n’étaient pas les miennes, je me suis un peu perdue de vue. Et à force d’avoir envie de rentrer dans un moule qui ne m’allait pas, je me suis niée, et plus je pensais trouver ma place, moins je la trouvais. A la fin, je me suis dit que j’étais un cas désespéré.

Or, nous sommes tous uniques et nous ne pouvons donner le meilleur de nous qu’en étant sur la bonne route, celle qui nous correspond. Voilà pourquoi aujourd’hui je choisis d’assumer mon côté artiste  qui a besoin de vibrer, de ressentir, de jouer avec les couleurs et de partager ses émotions , et aussi de  marcher sur un fil comme un équilibriste. A partir du moment où j’ai accepté cette évidence,  mon inspiration est revenue, et depuis je me sens plus libre. Je vais ainsi reprendre une activité indépendante, même si je sais que ce ne sera pas toujours évident. Mais je veux croire en mes rêves.  Et vous, avez vous aussi un rêve que vous aimeriez réaliser ?

ateliermanujo